jeudi 8 septembre 2011

"Partie de pêche sur prairie"

une exposition de Grégoire Lavigne



" Partie de pêche sur prairie "


La pêche sur prairie est une variante de la pêche à la mouche au fouet classique, dont le principe est de laisser dériver le leurre à la surface de l'eau pour tromper un poisson qui chasse. Cette variante consiste à proposer à l'herbivore recherché un appât végétal. Ce leurre est réalisé avec différents végétaux (correspondant au régime alimentaire de l'animal recherché) fixés sur un hameçon de taille adaptée. La technique de montage des végétaux sur l'hameçon est la même que celle de la mouche traditionnelle qui imite des insectes.
Cette variante a été mise au point au Sénégal au bord des bolongs¹, au cœur du Siné Saloum. A l'origine pour pêcher les lamantins², avec une technique classique de pêche à la ligne muni d'un appât végétal, elle a été détournée pour la traque des herbivores terrestres.
Cette technique ne nécessite pas de canne, une réserve de fil enroulée sur une bobine ou un petit treuil est suffisante. Cette bobine servira comme pour la pêche classique à travailler, fatiguer et ramener la prise à soi.
Le but est de positionner la "mouche végétale" à l'endroit où le mammifère à l'habitude de s'alimenter et de dérouler le fil jusqu'à un poste d'affût si possible contre le vent.





¹ BOLONG : Le bolong est un chenal d'eau salée, caractéristique des zones côtières du Sénégal ou de Gambie, proches d'estuaires. Ces bras de mer sont particulièrement nombreux dans le Siné-Saloum et en Casamance. L'eau de mer s'y mêle à celle des cours d'eau (Saloum, fleuve Casamance) et ils sont soumis à la marée.
Les bolongs sont généralement accessibles en pirogues. Ils sont généralement bordés de mangroves à palétuviers, recouvertes au moins partiellement à marée haute. On y observe généralement une grande variété d'espèces d'oiseaux. Quelques petits mammifères y vivent également, par exemple des singes ou des hyènes. La population locale y pratique la pêche. 
Source : wikipédia.