jeudi 12 décembre 2013

Sous ma terre, des tourbillons vers les étoiles centrales

une exposition de Anne-Laure Garicoix











Les nyctalopes du crépuscule, novembre 2013, techniques mixtes sur papier, 31 x 40 cm
La rumeur sous ma terre, février 2013, acrylique et encres sur bois, 180 x 240 cm 

La méduse de mes nuits, décembre 2013, techniques mixtes, 20 x 21 cm

Les orbes fugitives, novembre 2013, série des 3 gouache et pastels sur papier, 13,5 x 21 cm 

Le tapis de la toundra s’éveille à minuit, octobre 2013, acrylique et crayons de couleur sur bois, 50 x 60 cm.
Au pire on ira chuter plus loin, août 2013, gouache et crayons de couleur sur bois, 20 x 20 cm.







          Sous ma terre, des tourbillons vers les étoiles centrales


"À la tombée de la nuit, lorsqu'ils frôlent le sol, la terre se soulève. Elle rejette le souffle de ces corps qui cherchent à s'y enfoncer. Creuser des labyrinthes pour former de nouveaux bals masqués, là où les ancêtres portent des plumes sur le dos et des souliers de Drag Queen. La terre brûle… Les tourbillons de la fête propulsent les fugitifs vers les étendues vertes, là où le chandelier de la voûte céleste les éclaire. Dans ce temps de répit, ils peuvent entendre les grésillements qui font brunir leurs peaux. Il fait nuit noire sous la lune. La toundra s'éveille, Atacama s'éteint, alors que l'Amazonie clignote rouge.Pendant ce temps, sa majesté fugitive a perdu une paillette depuis ses paupières dorées. Elle se situe à cet instant même dans le même axe que les étoiles centrales; telle une luciole, elle scintille alors davantage. Dans n'importe quelle posture, ici ou là, le silence règne; seules les particules élémentaires fredonnent dans l'oreille interne des nyctalopes. Ils perçoivent si bien les finesses de la nuit, que le jour, droit dans le soleil, ils cherchent à disparaître, à nouveau. Au prochain pas de côté, ils reviendront pour s'étendre, jusqu'à l'orbe de la lune."

site de l'artiste